13 septembre 1958 : Ruben Um Nyobè tombe sous les balles de l’armée coloniale française

Lui était jusque là secrétaire de général de l´Union des populations de Cameroun (UPC), Ruben Um Nyobé est assassiné dans le maquis du pays Bassa.

En effet, comme l’affirme Jean Eric Sende :  Lire la suite « 13 septembre 1958 : Ruben Um Nyobè tombe sous les balles de l’armée coloniale française »

Publicités

21 juillet 1961 : Ernest Ouandié revient clandestinement au Cameroun après plusieurs années d’exil

Contraint à l’exil suite aux évènements sanglants que connaitra le Cameroun au mois de Mai 1955, Ernest Ouandié revient ce jour-là au Cameroun, après plus de six (06) années d’exil forcé à travers plusieurs pays d’Afrique.

Des sources affirment qu’il retourne ainsi au Cameroun dans le but de Lire la suite « 21 juillet 1961 : Ernest Ouandié revient clandestinement au Cameroun après plusieurs années d’exil »

15 janvier 1971 : Ernest Ouandié est fusillé sur la place publique à Bafoussam

Condamné à mort quelques jours plus tôt à l’issue d’un simulacre de procès « pour rébellion et trahison », cet ancien instituteur devenu homme politique, est fusillé par un peloton de tireurs sur la place publique à Bafoussam, à l’âge de 57 ans.

Grande figure de la lutte pour l’indépendance du Cameroun, Ernest Ouandié Lire la suite « 15 janvier 1971 : Ernest Ouandié est fusillé sur la place publique à Bafoussam »

14 janvier 1960 : carnage à Douala

S’il est un point sur lequel tous les camerounais s’accordent, c’est que la ville de Douala a toujours été rebelle. Une rébellion qui ne date pas du début des années 1990 avec l’opération « villes mortes » mais, depuis bien longtemps.

Fief de nombreux partis d’opposition, la ville de Douala s’est tout particulièrement illustrée depuis les guerres d’indépendance et même au-delà. Malgré l’accession du Cameroun à une indépendance de façade le 1er janvier 1960, nombreux sont les camerounais qui ne tolèrent pas la présence d’occidentaux sur leur territoire et les prennent régulièrement à partie comme cela a été le cas, ce jeudi 14 janvier 1960.

En effet, comme l’affirme l’historien Enoh Meyomesse, dans son ouvrage 1960 : faits marquants au Cameroun. Les premiers pas de l’indépendance cette nuit-là,:  Lire la suite « 14 janvier 1960 : carnage à Douala »

06 janvier 1971 : Mgr Albert Ndongmo est condamné à mort par le tribunal militaire de Yaoundé

Accusé « d’atteinte à la sécurité publique et de complicité de rébellion avec l’UPC », Mgr Ndongmo sera fixé sur son sort ce mercredi 6 janvier 1971 à 10h 15 minutes précises, comme l’affirme Hamadou Bayam, à l’issue d’un deuxième procès.

Il paie ainsi le prix de ses affinités (supposées) avec Lire la suite « 06 janvier 1971 : Mgr Albert Ndongmo est condamné à mort par le tribunal militaire de Yaoundé »

03 janvier 1964 : Kamdem Ninyim Pierre est exécuté à Bafoussam

Peu connu du commun des camerounais, celui qui fut Chef Baham, ministre de la santé publique et de la population (à seulement 23 ans) dans le premier gouvernement de la République du Cameroun (avec pour Premier Ministre Charles Assalé) et député apparenté Front Populaire pour l’Unité et la Paix (FPUP) qui fini par rejoindre les rangs de l’Union Camerounaise (UC) d’Ahmadou Ahidjo en 1961, est Lire la suite « 03 janvier 1964 : Kamdem Ninyim Pierre est exécuté à Bafoussam »

16 décembre 1991 : réhabilitation de certaines figures de l’histoire du Cameroun

L’adoption ce jour de la loi N° 91/022 portant réhabilitation de certaines figures de l’histoire du Cameroun marque un tournant décisif dans l’histoire du Cameroun.

Quatre (04) des grandes figures de l’histoire du Cameroun sont ainsi portées au rang de héros national. Il s’agit nommément de Lire la suite « 16 décembre 1991 : réhabilitation de certaines figures de l’histoire du Cameroun »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑