Martyrs

15 octobre 1960 : Félix-Roland Moumié est empoisonné au thallium dans un hôtel à Genève

Publié le

Cet empoisonnement marquait ainsi le début de la fin de cette icône de la lutte pour l’indépendance du Cameroun.

Comme le relate l’historien Claude Ribbe : Lire la suite »

13 septembre 1958 : Ruben Um Nyobè tombe sous les balles de l’armée coloniale française

Publié le

Lui était jusque là secrétaire de général de l´Union des populations de Cameroun (UPC), Ruben Um Nyobé est assassiné dans le maquis du pays Bassa.

En effet, comme l’affirme Jean Eric Sende :  Lire la suite »

21 juillet 1961 : Ernest Ouandié revient clandestinement au Cameroun après plusieurs années d’exil

Publié le Mis à jour le

Contraint à l’exil suite aux évènements sanglants que connaitra le Cameroun au mois de Mai 1955, Ernest Ouandié revient ce jour-là au Cameroun, après plus de six (06) années d’exil forcé à travers plusieurs pays d’Afrique.

Des sources affirment qu’il retourne ainsi au Cameroun dans le but de Lire la suite »

27 juin 1991 : Ruben Um Nyobè, Félix Roland Moumié, Ernest Ouandié et Ahmadou Ahidjo sont élevés au rang de Héros nationaux

Publié le Mis à jour le

C’était à la faveur d’un vote de l’Assemblée nationale camerounaise.

Les trois premiers, tous militants de l’Union des Population du Cameroun (UPC) et compagnons de lutte, véritables martyrs, tous morts pour l’honneur de leur patrie, voyait ainsi leur/s combat/s bénéficier enfin d’une reconnaissance officielle.

Un geste perçu comme un signe de la volonté de Paul Biya (déjà Président de la République à l’époque), de Lire la suite »

07 juin 1958 : Isaac Nyobè Pandjock est tué par les autorités françaises

Publié le

Le « général » Isaac Nyobè Pandjock était un ancien combattant (de la seconde guerre mondiale notamment), un militaire aguerri et un membre actif de l’UPC.

Comme l’affirme l’historien Enoh Meyomesse : Lire la suite »

22 mai 1955 : début des « Massacres de Mai 1955 « 

Publié le

Il s’agissait en fait d’émeutes, violemment réprimées par la France, qui avaient éclaté dans plusieurs villes camerounaises. Elles dureront jusqu’au 30 mai et seront sévèrement réprimées par le Haut Commissaire Roland Pré qui pourchassera les militants de l’Union des Populations du Cameroun (UPC) à qui on imputait l’origine de ces soulèvements populaires.

En effet, comme l’affirmait le Dr Samuel Mack-Kit (ancien président de l’UPC) : Lire la suite »

10 Mai 1914 : Rudolf Duala Manga Bell est arrêté et inculpé pour haute trahison

Publié le Mis à jour le

Il payait ainsi le prix de sa farouche opposition au projet d’expropriation des autochtones initié par les allemands quelques mois plus tôt, dont on avait déjà parlé ici.

En effet, comme le relate Samuel Nelle : Lire la suite »