Nationalisme

05 novembre 1957 : adoption officiel de l’hymne national du Cameroun

Publié le Mis à jour le

Il s’agissait en fait de la promulgation de la loi N°57/47 y afférente car, ce chant était utilisé officieusement depuis plusieurs années.

L’hymne national du Cameroun était ainsi adopté par la première Assemblée législative du Cameroun baptisée ALCAM

Cependant, même si les histoires sur l’origine de ce chant sont légions, toutes semblent s’accorder sur le fait que : Lire la suite »

13 septembre 1958 : Ruben Um Nyobè tombe sous les balles de l’armée coloniale française

Publié le

Lui était jusque là secrétaire de général de l´Union des populations de Cameroun (UPC), Ruben Um Nyobé est assassiné dans le maquis du pays Bassa.

En effet, comme l’affirme Jean Eric Sende :  Lire la suite »

21 juillet 1961 : Ernest Ouandié revient clandestinement au Cameroun après plusieurs années d’exil

Publié le Mis à jour le

Contraint à l’exil suite aux évènements sanglants que connaitra le Cameroun au mois de Mai 1955, Ernest Ouandié revient ce jour-là au Cameroun, après plus de six (06) années d’exil forcé à travers plusieurs pays d’Afrique.

Des sources affirment qu’il retourne ainsi au Cameroun dans le but de Lire la suite »

11 juillet 1962 : André Marie Mbida, Marcel Bebey Eyidi, Théodore Mayi Matip et René Guy Charles Okala écopent de trois ans de prison

Publié le Mis à jour le

C’était à l’issue de ce que certaines sources nomment « Le procès fondateur du régime autoritaire ».

En effet, ces trois nationalistes furent : Lire la suite »

13 juin 1957 : interdiction de l’UPC au Cameroun occidental (sous administration anglaise)

Publié le Mis à jour le

Les nationalistes de l’UPC devenaient ainsi des persona non grata dans la partie occidentale du Cameroun (à l’époque sous domination britannique).

Comme on peut le lire sur Le blog de BAT : Lire la suite »

22 mai 1955 : début des « Massacres de Mai 1955 « 

Publié le

Il s’agissait en fait d’émeutes, violemment réprimées par la France, qui avaient éclaté dans plusieurs villes camerounaises. Elles dureront jusqu’au 30 mai et seront sévèrement réprimées par le Haut Commissaire Roland Pré qui pourchassera les militants de l’Union des Populations du Cameroun (UPC) à qui on imputait l’origine de ces soulèvements populaires.

En effet, comme l’affirmait le Dr Samuel Mack-Kit (ancien président de l’UPC) : Lire la suite »

15 janvier 1971 : Ernest Ouandié est fusillé sur la place publique à Bafoussam

Publié le Mis à jour le

Condamné à mort quelques jours plus tôt à l’issue d’un simulacre de procès « pour rébellion et trahison », cet ancien instituteur devenu homme politique, est fusillé par un peloton de tireurs sur la place publique à Bafoussam, à l’âge de 57 ans.

Grande figure de la lutte pour l’indépendance du Cameroun, Ernest Ouandié Lire la suite »