05 novembre 1957 : adoption officiel de l’hymne national du Cameroun

Il s’agissait en fait de la promulgation de la loi N°57/47 y afférente car, ce chant était utilisé officieusement depuis plusieurs années.

L’hymne national du Cameroun était ainsi adopté par la première Assemblée législative du Cameroun baptisée ALCAM

Cependant, même si les histoires sur l’origine de ce chant sont légions, toutes semblent s’accorder sur le fait que : Lire la suite « 05 novembre 1957 : adoption officiel de l’hymne national du Cameroun »

21 juillet 1961 : Ernest Ouandié revient clandestinement au Cameroun après plusieurs années d’exil

Contraint à l’exil suite aux évènements sanglants que connaitra le Cameroun au mois de Mai 1955, Ernest Ouandié revient ce jour-là au Cameroun, après plus de six (06) années d’exil forcé à travers plusieurs pays d’Afrique.

Des sources affirment qu’il retourne ainsi au Cameroun dans le but de Lire la suite « 21 juillet 1961 : Ernest Ouandié revient clandestinement au Cameroun après plusieurs années d’exil »

22 mai 1955 : début des « Massacres de Mai 1955 « 

Il s’agissait en fait d’émeutes, violemment réprimées par la France, qui avaient éclaté dans plusieurs villes camerounaises. Elles dureront jusqu’au 30 mai et seront sévèrement réprimées par le Haut Commissaire Roland Pré qui pourchassera les militants de l’Union des Populations du Cameroun (UPC) à qui on imputait l’origine de ces soulèvements populaires.

En effet, comme l’affirmait le Dr Samuel Mack-Kit (ancien président de l’UPC) : Lire la suite « 22 mai 1955 : début des « Massacres de Mai 1955 « « 

15 janvier 1971 : Ernest Ouandié est fusillé sur la place publique à Bafoussam

Condamné à mort quelques jours plus tôt à l’issue d’un simulacre de procès « pour rébellion et trahison », cet ancien instituteur devenu homme politique, est fusillé par un peloton de tireurs sur la place publique à Bafoussam, à l’âge de 57 ans.

Grande figure de la lutte pour l’indépendance du Cameroun, Ernest Ouandié Lire la suite « 15 janvier 1971 : Ernest Ouandié est fusillé sur la place publique à Bafoussam »

7 janvier 2008 : ouverture à Douala des premières “ journées d’honneur et de dignité ”

Initiées par le très controversé homme politique et président de La Nouvelle Dynamique Nationaliste Africaine (NODYNA) nommé Camille Parfait Mboua Massock, elles avaient pour but de rendre hommage au nationalisme africain comme le souligne Peuple Sawa.

Prévues du 7 au 15 janvier 2008 dans la ville de Lire la suite « 7 janvier 2008 : ouverture à Douala des premières “ journées d’honneur et de dignité ” »

06 janvier 1971 : Mgr Albert Ndongmo est condamné à mort par le tribunal militaire de Yaoundé

Accusé « d’atteinte à la sécurité publique et de complicité de rébellion avec l’UPC », Mgr Ndongmo sera fixé sur son sort ce mercredi 6 janvier 1971 à 10h 15 minutes précises, comme l’affirme Hamadou Bayam, à l’issue d’un deuxième procès.

Il paie ainsi le prix de ses affinités (supposées) avec Lire la suite « 06 janvier 1971 : Mgr Albert Ndongmo est condamné à mort par le tribunal militaire de Yaoundé »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑