30 mai 2006 : lancement d’une vaste campagne de sensibilisation contre le repassage des seins au Cameroun

Initiée par le Réseau national des associations de tantines (RENATA), elle avait pour but d’attirer de l’opinion publique sur les dangers de cette pratique.

Destinée à « retarder l’activité sexuelle et favoriser la croissance » comme l’affirme Habibou Bangré du site Afrik.com, le repassage des seins est une pratique très courante dans les pays africains. Elle consiste à « masser les seins naissants des jeunes filles en pleine croissance afin de freiner le développement de leurs poitrines ». Le but est d’aplanir ces seins et cela se fait à l’aide d’objets tels que des pilons ou des pierres à écraser préalablement chauffées.

Une pratique qui a des effets néfastes sur ces adolescentes, tant sur le plan physique que psychologique.

Au Cameroun, 24% des femmes auraient déjà subi cette mutilation selon une étude de l’Agence de coopération internationale allemande (GIZ) parue en 2006.

Le but de cette campagne qui devait durer un an, était de sensibiliser les camerounais sur les risques et les dangers auxquels ils exposent leurs enfants en perpétuant cette pratique.

Sources :

– Bangre, H. Cameroun : une campagne contre le « repassage » des seins. Afrik.com. 6 juin 2006. Lien : http://www.afrik.com/article9920.html

– TKC, Y. Le « repassage des seins », une mutilation encore très pratiquée au Cameroun. AEUD.info. 28 juin 2014. Lien : http://www.aeud.fr/Le-repassage-des-seins-une.html

Publicités

3 commentaires sur “30 mai 2006 : lancement d’une vaste campagne de sensibilisation contre le repassage des seins au Cameroun

Ajouter un commentaire

    1. Tout d’abord, je vous remercie pour votre réaction.

      Je pense qu’il s’agit ici de la population générale certainement, car s’il s’agissait d’un groupe spécifique, je pense que les auteurs de l’étude l’auraient préciser.

      Quant à la situation actuelle, il n’existe aucune étude plus récente sur ce sujet (à ma connaissance, du moins). Ainsi, cette étude (qui date de 2006) semble être la seule à avoir été réalisée sur ce sujet au Cameroun, jusqu’ici.

      Pour plus de détails sur les auteurs de cette étude et le nombre de femmes interrogées par exemple, je vous invite à consulter cet article (qui date de Juin 2014) : http://geopolis.francetvinfo.fr/le-repassage-des-seins-mutilation-genitale-feminine-trop-peu-connue-37901

      Evidemment, si vous avez d’autres sources plus pertinentes, je vous prierai de bien vouloir me les communiquer, afin que je puisse (éventuellement) mettre cet article à jour.

      Une fois de plus, merci pour votre réaction,

      Bien cordialement,

      Philippe 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :