08 mars 1912 : les chefs Duala adressent une 2e lettre à l’Allemagne pour contester le projet « Gross Duala »

Cette correspondance, qui faisait suite à une précédente, avait pour but de réitérer l’opposition des chefs Duala face à ce projet d’expropriation des populations Duala de leurs terres.

Baptisé « Gross Duala », il s’agissait d’ « un projet d’urbanisation de la ville de Douala qui devait faire de cette ville l’un des plus grands ports d’Afrique, ndlr » et qui prévoyait malheureusement «d’expulser les habitants de Douala de leur lieu d’habitation traditionnel » comme l’affirme Nicolas Bwanga.

Un projet à travers lequel « le gouvernement allemand entendait empêcher les Duala de tirer profit de leurs terres, ndlr » comme le rappellent T.A. Etame et al.

A travers cette deuxième correspondance, les chefs Duala (Rudolf Duala Manga Bell en tête) entendaient rappeler aux allemands que « leur patrimoine foncier agricole n’est pas la propriété du gouvernement allemand »

Plus de détails :

– Bwanga, N. In Memoriam : requiem à Paris pour Duala Manga Bell. Villes & communes. 26 mars 2014. Lien : http://www.villesetcommunes.info/index.php/component/content/article/27-trajectoires/trajectoires-scrol/153-in-memoriam-requiem-a-paris-pour-duala-manga-bell

– Etame, T.A et al. Les tensions entre les Duala et les allemands. La grande guerre au Cameroun. (Consulté) 8 mars 2015. Lien : http://pedagogie.lyceesaviodouala.org/histoire-geographie/app_grande-guerre/pages/page_3b.htm

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :