20 février 1960 : L’ALNK s’oppose par des attentats au tout premier référendum constitutionnel

En cette veille de référendum sur la toute première constitution du Cameroun, les rebelles de l’Armée de Libération Nationale du Kamerun, mèneront une série d’actions violentes et criminelles en pays Bamiléké, comme le relate l’historien Enoh Meyomesse, dans son ouvrage 1960 : Faits marquants au Cameroun :

« A la veille du référendum du 21 février 1960, par lequel le peuple camerounais, indépendant depuis le 1er janvier dernier, devait adopter la constitution proposée par le gouvernement de M. Ahidjo, des raids terroristes se sont produits en pays bamiléké, au Sud-Ouest du pays.

Bilan : 62 tués et 60 blessés parmi la population de Dschang, chef-lieu du département bamiléké, et de Bakou, plusieurs véhicules détruits ou incendiés, des centaines de cases brûlées…

Du côté rebelle, 15 tués et de nombreux blessés, cependant que les forces de l’ordre ne signalent aucune perte dans leurs rangs. »

Pour aller plus loin :

– Meyomesse, E. 1960 : Faits marquants au Cameroun, Les Éditions du Kamerun. PP 35-38.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :