02 février 1986 : création du CENER

Qu’était le CENER ? Acronyme de Centre National d’Études et de recherches, le CENER était un service de contre-espionnage camerounais.

Une sorte de police secrète donc, créée par décret présidentiel le 2 février 1986, comme l’affirme Pierre ELA, ancien commissaire de police dans son livre Dossiers noirs sur le Cameroun.

Bien qu’en dehors de cet ouvrage, très peu d’infos sont disponibles sur ce service, le CENER, dont le patron était le général Laurent Angouand, aurait été supervisé par les États-Unis et Israël.

Un service particulièrement efficace, dans la mesure où il dispose d’un important réseau d’espions comme le souligne l’historien Enoh Meyomesse. Il affirme ainsi que : « la police est présente partout (…). Les délégations sportives du Cameroun, hors des frontières nationales, ne sont pas non plus épargnées, dans chacune d’elles, se trouvent un, deux, parfois trois agents du Cener, pour s’assurer que les sportifs ne seront pas contactés par les exilés politiques. Lorsque Cameroon Airlines verra le jour, la moitié des hôtesses émarge au Cener, et écoute les conversations des passagers. Dans les églises et les temples, les agents du Cener suivent attentivement les prêches des ministres du culte, à la recherche de quelque propos « subversif ». Les services de police se dotent d’un mot d’ordre surprenant : « tout citoyen est par avance suspect ».

Il aurait notamment permis de démasquer les auteurs de la tentative d’assassinat du président Paul Biya fin 1989, comme le souligne Pierre ELA, dans une interview accordée à Cameroon-Info.net.

Le CENER aurait été rebaptisée et serait aujourd’hui la Direction générale de la recherche extérieure

Pour aller plus loin :

– Ela, Pierre. Dossiers noirs sur le Cameroun. (Présentation Bonaberi.com). Lien : http://www.peuplesawa.com/fr/bnlogik.php?bnid=798&bnk=24&bnrub=1

– Direction des recherches, Commission de l’immigration et du statut de réfugié, Canada. Cameroun : une police secrète connue sous le sigle de « CENER » et son attitude à l’égard des membres des partis politiques. 1er août 1998. Lien : http://www.refworld.org/docid/3ae6aca778.html

– Meyomesse, Enoh. Espoirs et désillusions au Cameroun : 24 années d’horreur sous Ahidjo. 9 septembre 2008. Lien : http://camerounmonpays.over-blog.com/article-22643515.html

– Cameroon-Info.net. Pierre ELA, le commissaire de Police, démissionnaire, parle de son livre « Dossiers Noirs sur le Cameroun »,
face à Cameroon-Info.Net
. 13 janvier 2003. Lien : http://bit.ly/1653RTw

– Ngoa Balla, C. Ces camerounais qui arnaquent les diplomates camerounais. Le messager. 26 janvier 2011. Lien : http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-2915.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :