20 décembre 1959 : changement à la tête du Commandement interarmées des forces françaises au Cameroun (COMINTERARM)

Ce jour, le général Max Briand prend la tête de cette armée censée « dompter » la rébellion née quelques mois auparavant dans le grand Ouest-Cameroun.

Comme le soulignent par la suite Thomas Deltombe, Manuel Domergue et Jacob Tatsitsa dans leur ouvrage Kamerun! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique : « Tout au long de l’année 1960 – alors que le pays est désormais réputé « indépendant » –, il mène dans l’Ouest-Cameroun une guerre intensive visant à « reconquérir » les zones contrôlées par les combattants nationalistes. Au prix de milliers de morts, la région est ravagée par les bombardements aériens, les opérations de bouclage à grande échelle et le déplacement progressif de centaines de milliers d’habitants dans des « villages de regroupement ».

Pour aller plus loin :

Les principales étapes de la « guerre cachée » de la France au Cameroun (1955-1970. Lien : http://www.kamerun-lesite.com/category/chrono/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :